Catégories

Articles récents

Connectez-vous à Tamtam News

mer. Oct 21st, 2020

Tamtam News TMT News

Pariez sur linfo

Égypte: la mort d’une femme dans la banlieue du Caire soulève une vague de colère

4 min read

L’incident a déclenché la colère dans toute l’Égypte après avoir été initialement signalé par plusieurs médias comme un crime sexuel.

Les récents crimes contre les femmes en Égypte ont déclenché un rare débat sur les crimes sexuels qui a commencé sur les réseaux sociaux et qui a alimenté un mouvement #MeToo croissant.

La police égyptienne a arrêté au moins l’un des trois auteurs présumés impliqués dans le meurtre d’une jeune femme dans une banlieue du Caire mardi soir lors d’un incident qui a déclenché la colère dans tout le pays du Moyen-Orient.

Cette décision est intervenue mercredi après que le procureur égyptien a ordonné l’arrestation des auteurs, les enquêtes ayant révélé que la victime – identifiée comme Mariam, dans la vingtaine – avait été tuée alors qu’elle rentrait chez elle après son travail à Maadi, une banlieue calme au sud du Caire.

Selon l’enquête, des hommes à bord d’une petite camionnette blanche, ou microbus, ont tenté de voler la jeune femme. Ils ont saisi le sac de la victime, l’entraînant avec lui, ce qui a entraîné la collision de la jeune femme avec une voiture garée, ont rapporté les médias égyptiens.

Une ambulance est arrivée environ 30 minutes après l’incident et a trouvé la jeune femme morte. Les médias égyptiens ont rapporté qu’elle avait subi de graves blessures à la tête, des fractures et des blessures sur tout le corps.

L’accusation a déclaré qu’elle avait recueilli des déclarations de témoins et des preuves médico-légales pour aider à enquêter plus avant sur l’incident.

Colère en Egypte

L’incident a été initialement signalé par plusieurs médias locaux comme un crime sexuel, des sites Web d’information disant que la jeune victime avait été agressée sexuellement avant d’être tuée.

Cette affirmation a déclenché la colère dans toute l’Égypte, beaucoup considérant l’incident comme faisant partie d’une série de crimes récents contre les femmes au milieu d’un rare débat sur les crimes sexuels qui a commencé sur les médias sociaux et qui a alimenté un mouvement #MeToo en pleine croissance.
En utilisant un hashtag tendance en arabe qui se traduit par «Maadi_Girl», de nombreuses personnes ont dénoncé le crime.

À la suite de l’incident, Dar al-Iftaa, une des plus hautes autorités religieuses du pays, a souligné la nécessité de dissuader le harcèlement sexuel.

Dans un communiqué publié mercredi sur sa page Facebook officielle, Dar al-Iftaa a déclaré que le harcèlement était un crime odieux.
«Ceux qui harcèlent par la parole ou par l’action sont des criminels qui méritent une punition sévère dans ce monde et dans l’au-delà», indique le communiqué.

Série de crimes sexuels

L’incident survient après qu’une série de crimes sexuels graves ont été révélés plus tôt cette année.

En août, les autorités égyptiennes ont ordonné l’arrestation d’un groupe d’hommes accusés d’être impliqués dans un viol collectif en 2014 dans un hôtel du Caire.

L’absence d’action à la suite de l’incident – plus connu sous le nom de crime Fairmont – aurait impliqué six hommes issus de familles puissantes.

Cela a provoqué un tollé après avoir été divulgué en juillet par un compte Instagram – avec plus de 180000 abonnés – qui vise à dénoncer les agresseurs sexuels.

Plus tôt cette année, un ancien étudiant universitaire a été accusé de chantage et d’attentat à la pudeur sur au moins trois femmes dans une affaire étroitement surveillée également provoquée par les médias sociaux.

En septembre, le procureur de la République a renvoyé Ahmed Bassam Zaki – au début de la vingtaine et ancien étudiant à l’Université américaine du Caire – devant le tribunal pénal pour «agression sexuelle sur trois filles de moins de 18 ans et les avoir menacées avec une quatrième fille avec des questions de divulgation liées à leur honneur ».

L’affaire a largement attiré l’attention des médias, des personnalités religieuses et des groupes de femmes dans un pays où les défenseurs des droits affirment que le harcèlement ou les abus sexuels restent souvent impunis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Écrire à Tamtam News
1
Écrire à Tamtam
Salut 👋🏼,
Bienvenue chez Tamtam News. Avez-vous une Opinion à faire publier chez Tamtam? tamtamnewsnet@gmail.com.