Catégories

Articles récents

Connectez-vous à Tamtam News

jeu. Mar 4th, 2021

Tamtam News

Pariez sur linfo

Entretien Exclusif avec Richie Lontulungu: la nouvelle coalition politique devra placer l’intérêt du peuple au dessus des agendas politiques partisans, faire du slogan « le peuple d’abord » un état d’esprit.

4 min read

30 janvier 2021

Kinshasa-RDC: l’actualité politique en République Démocratique du Congo » RDC » reste dominée par la mise sur pied d’une nouvelle coalition politique autour du Président Félix Tshisekedi: Union sacrée de la nation qu’il appelle des tous ses vœux. 

La dissolution de l’ancienne coalition gouvernementale FCC-CASH, formée entre le bloc du Président Félix  Tshisekedi et celui de l’ancien Président Joseph Kabila, a précipité la formation d’une nouvelle coalition politique au parlement congolais dénommée: Union sacrée de la nation. 

La rédaction-Afrique de Tamtam News s’entretient avec Richie Lontulungu, l’un des personnages clés du paysage public congolais sur la situation politique de l’heure, dans ce vaste pays d’Afrique centrale. 

Richie Lontulungu, vous êtes l’une des figures de proue en RDC. Quelle lecture faites-vous de la situation politique en RDC ? 

La politique congolaise, en général, traverse une période très intéressante pour quiconque suit de près ce pays. Elle constitue un test de résilience pour notre démocratie et il y a des transformations profondes. 

L’épisode en cours permet d’apprécier la maturité politique acquise par les Congolais et la hauteur politique que les acteurs politiques prennent désormais face aux enjeux qui les divisent. 

Le Président Félix Tshisekedi paraît agressif face à ses anciens alliés du FCC. Dans un passé récent, il les a dépouillés de la majorité au parlement. Quel est votre jugement ?  

Vous avez dit qu’il a dépouillé ses anciens partenaires de la majorité au parlement. Je pense que le verbe dépouiller dans ce cadre n’est pas à sa place.

Je m’explique. Changer volontiers de camp est un acte majeur ayant des répercussions politiques insondables. Je présume que tous ceux qui forment aujourd’hui la nouvelle coalition politique deviennent membres en âme et conscience, sachant qu’il y a une responsabilité politique à partager lors des prochaines échéances. 

Toutefois, il faut savoir que le changement de rapport de forces dans un parlement est un exercice démocratique ordinaire.

Il est normal que des coalitions politiques se forment et finissent par s’éclater au profit d’autres aventures. 

Il n’y a pas de drame politique à cela. Généralement, les coalitions politiques majoritaires se forment autour des idées et  d’agenda politique communs. Il peut arriver qu’une ligne de démarcation commence à se frayer entre les parties à la coalition et  aboutisse à  l’éclatement. 

Rien n’est vraiment éternel, surtout en ce qui concerne une coalition politique. 

Tout ce qui arrive en RDC est une belle leçon de démocratie à mémoriser. Il y a eu plusieurs départs du FCC certes mais il en reste toujours quelque chose. Ceux qui sont là aujourd’hui forment la masse idéologique du bloc et ils constituent un contre-poids politique important face à la nouvelle coalition car ils sont convaincus du combat. Une opposition sincère et organisée permet à la démocratie de respirer.

Comment envisager le changement en recourant chaque fois aux mêmes personnes ? 

Votre question renvoie à la notion de classe politique qui est un ensemble d’opérateurs en politique. Elle s’étend dans le temps et dans l’espace. Elle peut être stagnante ou peut se renouveler après une certaine année. La classe politique congolaise est identifiable et ses opérateurs sont connus. Chaque fois que les gens se mettent ensemble, c’est autour d’une idée. Parfois, le sérieux dépend des lignes directrices. 

Avec un leader conscient de la responsabilité et des Institutions fortes notamment la justice, les choses peuvent changer.

On ne peut pas se passer d’une certaine catégorie de personnes qui tient le mandat au parlement suivant la configuration de notre régime. On y retrouve les mêmes visages partout. Pour le moment, il faut accorder le bénéfice du doute à cette classe politique qui se réunit autour du chef de l’état qui prône « le peuple d’abord ». 

S’ils parviennent à faire de cela leur état d’esprit, ils agiront bien la prochaine fois. 

Il revient au peuple, lors des élections, d’envoyer au parlement une classe politique digne, ayant de l’éthique et qui sait privilégier les intérêts du peuple au dessus des intérêts partisans. Mais après, on sait que ce peuple est pauvre et qu’il attend la campagne électorale pour se retrouver.

Nous devons donc vite travailler sur des objectifs de développement durable pour atteindre le plein emploi. Une fois ce niveau atteint, certains comportements, comme le vote contre l’argent ou des faveurs, disparaîtront d’eux-mêmes.

Quel rôle pour vous-mêmes ?

Je suis un voyageur au service de la nation. Je pose ma couche partout où la nation me demande de traîner les pas avant de poursuivre ma route. 

Je suis donc à la disposition de mon pays, toujours prêt à servir.

Je vous remercie.

1 thought on “Entretien Exclusif avec Richie Lontulungu: la nouvelle coalition politique devra placer l’intérêt du peuple au dessus des agendas politiques partisans, faire du slogan « le peuple d’abord » un état d’esprit.

  1. Je suis une grande admiratrice de Tamtam News. Je suis très fière lorsque je lis tous vos articles car vos sources sont fiables.
    Vous faites des très bonnes analyses sans coloration politique.
    Félicitations à toute l’équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Écrire à Tamtam News
1
Écrire à Tamtam
Salut 👋🏼,
Bienvenue chez Tamtam News. Avez-vous une Opinion à faire publier chez Tamtam? tamtamnewsnet@gmail.com.