Catégories

Articles récents

Connectez-vous à Tamtam News

lun. Avr 12th, 2021

Tamtam News

Pariez sur linfo

RDC: l’Informateur Bahati Lukwebo s’est entretenu avec quelques représentants de la société civile autour de l’Union Sacrée

8 min read

Kinshasa, RDC – Le Professeur Bahati Lukwebo s’est entretenu jeudi dans l’après-midi avec une représentation des acteurs de la société civile, dans le cadre de sa mission d’information en vue de l’identification d’une nouvelle majorité à l’Assemblée nationale. 

Un cahier de charges comprenant les attentes des organisations de la société civile composant ladite la délégation a été remis à l’Informateur du Président congolais. 

CAHIER DES CHARGES DE LA SOCIETE CIVILE ET MOUVEMENTS CITOYENS EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

La Société Civile étant une composante majeure dans la gouvernance de la RDC, les enjeux actuels exigent de cet acteur une lecture profonde de la situation globale du pays qui non seulement effectuera un diagnostic, mais également dégagera des recommandations en termes de pistes de solution. Le présent cahier des charges des organisations de la Société Civile Congolaise et Mouvements Citoyens est agencé de la manière suivante :

1. Contexte et justification

2. Attentes de la Société Civile et mouvements citoyens

3. Profil des animateurs de l’Union Sacrée pour la Nation (USN)

4. Engagements de la société civile et des mouvements citoyens

1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

La République Démocratique du Congo a connu, depuis son accession à l’indépendance, de nombreuses crises de diverses formes qui ont nécessité la participation de la société civile pour trouver les pistes de solution. Cette nécessité s’inscrit dans le rôle important qu’a toujours joué la société civile, à chaque fois qu’elle a été conviée à prendre part aux différentes assises organisées dans notre pays en tant qu’acteur majeur dans la gouvernance de la nation.

Les crises institutionnelles récurrentes que connait notre pays, les inégalités sociales profondes qui déchirent et divisent les populations congolaises, l’absence de l’autorité de l’Etat dans certaines parties du pays, surtout dans sa partie orientale avec comme corollaires l’insécurité sans cesse grandissante, le dysfonctionnement manifeste au sein des institutions par rapport à leurs interactions, la problématique de l’accès aux soins de santé primaire et les questions liées à l’éducation et à l’administration de la justice sont des sujets parmi tant d’autres qui ont toujours constitué l’essence des différents cahiers des charges présentés par la société civile à chaque fois qu’elle a dû répondre aux différents rendez-vous historiques auxquels elle a été conviée à prendre part.

La situation socio politique actuelle ne peut donc déroger à la règle et le contexte particulier de l’Union Sacrée est une occasion pour qu’une fois de plus et de manière définitive, une lecture profonde soit faite et que les différentes résolutions pour pouvoir sortir le pays de la crise puissent enfin être suivies d’effets.

En effet, l’appel à l’Union Sacrée pour la Nation lancé par le Président de la République, chef de l’Etat, faisant suite aux consultations des forces politiques et sociales les plus représentatives du pays est une offre politique de haute portée historique, car elle permet non seulement de fédérer les énergies autour de l’idéal commun, mais aussi et surtout de favoriser l’émergence d’une nouvelle façon de penser la république et l’atteinte du progrès social tant attendu.

C’est dans ce cadre que les différentes organisations de la société civile congolaises et mouvements citoyens réunis au Centre pour Handicapés à Kinshasa en République Démocratique du Congo ce 19 janvier 2021 ont, après échange autour des questions brûlantes de l’heure, et de la faible implication de la société civile, rédigé le présent cahier des charges à soumettre aux autorités politiques et à la communauté nationale pour servir d’indicateurs pouvant permettre une nouvelle orientation de la gouvernance de la république centrée sur l’intérêt supérieur de la population et entamer une heureuse décennie qui s’avère décisive et prometteuse pour notre pays.

2. LES ATTENTES DE LA SOCIETE CIVILE ET MOUVEMENTS CITOYENS

La Société Civile et Mouvements Citoyens tirent leurs racines dans les entrailles de la population, et à priori ne peuvent avoir d’autres attentes que d’obtenir leur implication effective dans la matérialisation de la volonté du Chef de l’État à travers sa vision incarnée par la nouvelle configuration de l’Union Sacrée de la Nation ayant pour centre d’intérêt la population.

Face à l’hypocrisie, aux ambitions démesurées et aux conciliabules des hommes politiques et leurs composantes, une implication active de la Société Civile dans la vision de l’Union Sacrée et des institutions qui en découlent faciliterait la protection des intérêts supérieurs de la population tels que prônés par Son Excellence Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, Chef de l’État.

C’est pourquoi, avec l’ensemble du peuple congolais, ils partagent des attentes qui sont regroupées selon les axes suivants :

A. SUR LE PLAN SECURITAIRE

Ø L’éradication des groupes armés dans la partie Est du pays (Beni, Butembo, Ituri, Minembwe et dans les autres zones affectées du pays) ;

Ø La dotation en équipements modernes des FARDC et de la PNC dans leur mission de protection des personnes et leurs biens ainsi les frontières nationales ;

Ø Le renforcement de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue de la République ;

Ø La poursuite en justice de toutes les personnes citées dans les différents crimes tant économiques qu’humains commis sur le sol congolais surtout ceux dont les noms sont

cités dans le rapport Mapping ;

Ø La promotion de la Culture de la Paix , notamment la lutte contre la xénophobie et la

haine tribale.

B. PLAN SOCIAL

1. EDUCATION

Ø L’application des accords de Mbudi afin d’améliorer les conditions de vie de tous les personnels intervenants dans le système éducatif national congolais ;

Ø La construction de nouvelles infrastructures scolaires et la réhabilitation de celles qui existent déjà ;

Ø Le renforcement de la capacité de dotation des écoles en manuels, programmes scolaires et matériels didactiques ;

Ø La régularisation et la valorisation de la situation de paie des enseignants dits non payés (NP) et des nouvelles unités(NU).

2. LA SANTE

Ø La décentralisation et l’extension des centres de dépistage de la covid-19 pour favoriser la détection d’éventuels nouveaux cas, et la prise en charge efficiente des patients en temps réel ;

Ø La réévaluation de la politique nationale de santé sur base des carences observées dans la prise en charge des personnes souffrantes, obligeant ainsi les plus fortunées à recourir aux soins proposés à l’extérieur du pays ;

Ø L’amélioration de l’enveloppe budgétaire affectée au Secteur de la Santé . 3. EMPLOIS

Ø L’amélioration du pouvoir d’achat des salariés à travers une rémunération décente qui tient compte du SMIG, l’actualisation du barème ainsi que la régularité de paie des agents publics de l’Etat ;

Ø Le renforcement de recensement des fonctionnaires de l’Etat en vue de détecter les agents fictifs et l’éradication du système de paie de ces derniers ;

Ø La promotion de l’entrepreneuriat des jeunes et la mise sur pied des mécanismes de protection.

4. HABITAT – RESSOURCES NATURELLES ET ENVIRONNEMENT

Ø Instauration de la police des mœurs pour veiller à l’hygiène environnementale et au renforcement de la gouvernance locale ;

Ø Instauration d’un programme d’urbanisation des villes ;

Ø Définition et mise en œuvre des politiques publiques en matière immobilière pouvant

favoriser la construction des logements sociaux.

Ø Lutte contre la déforestation et l’émission des gaz à effet de serre.

Ø L’investissement et le partage équitable des revenues des ressources naturelles

5. JUSTICE ET DROITS HUMAINS

Ø Renforcer l’indépendance du pouvoir judiciaire afin d’assurer une harmonie sociétale entre gouvernants et gouvernés ;

Ø Promouvoir la Justice Transitionnelle ;

Ø Contribuer à accélérer la création du Tribunal Spécial Pénal International pour la

RDC ;

Ø Lutter contre les violences faites aux femmes, aux jeunes filles ; les détournements des

deniers publiques, l’impunité ainsi que la corruption.

C. REFORMESELECTORALES

ØRevisiter urgemment la loi électorale et de la loi portant organisation et fonctionnement de la CENI avant la désignation des animateurs et le déroulement du prochain cycle électoral ;

Ø Procéder à l’audit de la CENI afin de permettre un meilleur déroulement du prochain cycle électoral ;

Ø Revenir au suffrage universel à deux tours pour la présidentielle et l’instauration de scrutin direct pour les élections des Gouverneurs, Maires et Bourgmestres

Ø Supprimer le seuil et revoir à la baisse la caution pour les élections législatives nationales et provinciales.

Ø Attribuer la plénière et les organes de la CENI exclusivement à la Société Civile pour en assurer l’indépendance et l’objectivité tout en garantissant la facilitation du travail de l’Union Sacrée dans son avenir.

Ø Se servir du Référentiel de la Société Civile sur les réformes électorales.

3. PROFIL DES ANIMATEURS DE L’UNION SACREE POUR LA NATION (USN)

Ø Réduire les trains de vie des animateurs des institutions publiques ainsi que la taille du gouvernement ;

Ø Déclarer et rendre publics les patrimoines privés des animateurs du Gouvernement prochain avant d’entrer en fonction ;

Ø Les membres du Gouvernement devront être des personnes intègres et compétentes, et qui ne sont citées dans aucun scandale (crimes économiques, crimes contre l’humanité, crime de génocide, Rapport Mapping, etc.) tant sur le plan local qu’international;

Ø Encourager la mise sur pied d’un contrat de performance à tous les membres du Gouvernement ;

Ø Respecter le pacte républicain dans la gouvernance politique basée sur l’équité et l’égalité des chances dans la répartition des responsabilités en tenant compte des forces politiques et sociales du pays les plus représentatives (majorité citoyenne populaire).

4. ENGAGEMEMENTS DE LA SOCIETE CIVILE ET MOUVEMENTS CITOYENS

Ø La mise en place d’un Observatoire de la surveillance de la gouvernance de l’Union Sacrée de la Nation constitué exclusivement des délégués de la société civile ;

Ø Proposer un profilage des animateurs pouvant conduire la mise en œuvre des politiques publiques qui traduisent clairement la vision du Chef de l’Etat, telle qu’exprimée à travers cet appel à l’Union Sacrée ;

ØElaborer un plan d’accompagnement de la matérialisation de cette vision en proposant des actions prioritaires pouvant impacter positivement la vie des citoyens et ainsi activer le changement social ;

Ø Renforcer l’éveil citoyen et promouvoir l’élan de l’engagement citoyen pouvant permettre l’institutionnalisation du contrôle citoyen de l’action publique , conférant par ce fait aux citoyens le statut de partenaires dans la gouvernance au même titre que le pouvoir public et le secteur privé.

Fait à Kinshasa, le 28 Janvier 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Écrire à Tamtam News
1
Écrire à Tamtam
Salut 👋🏼,
Bienvenue chez Tamtam News. Avez-vous une Opinion à faire publier chez Tamtam? tamtamnewsnet@gmail.com.