Catégories

Articles récents

Connectez-vous à Tamtam News

novembre 20, 2021

Tamtam News

Pariez sur l’info

Devenue Mariam après s’être convertie à l’Islam en pleine captivité, le retour au Mali de la Franco-Suisse Sophie Pétronin alimente la polémique

3 min read

Avec Le Point

C’est une information qui était solidement tenue secrète jusqu’à ce qu’à ce dernier week-end d’octobre 2021.

Après plusieurs jours d’informations, de rumeurs et de confusion, on sait désormais que l’ex-otage Sophie Pétronin, libéré il y a un an, le 8 octobre 2020, après quatre années de captivité dans le Nord, est bien de retour au Mali, et ce, depuis mars 2021. Elle serait revenue dans le pays par la route, depuis le Sénégal. Un voyage de plusieurs jours, entre Dakar et Bamako, effectué en compagnie de son fils, Sébastien, après plusieurs refus de visas des autorités bamakoises.

Un avis de recherche qui vient rompre de longs mois d’une discrète présence

Aujourd’hui, si on reparle de l’humanitaire franco-suisse de 76 ans, c’est en raison d’une alerte que de nombreuses sources attribuent à la direction générale de la gendarmerie malienne. Cette dernière aurait appelé à « rechercher très activement » Sophie Pétronin. « En cas de découverte », les unités ont été sommées de « l’appréhender et [de] la conduire sous bonne escorte », lit-on sur cet avis de recherche qui a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Avant d’être attesté par la cellule communication du ministère de la Sécurité publique du Mali.

D’après le document, également authentifié par plusieurs médias, l’ex-otage français aurait été aperçu dans la région de Sikasso, dans le sud-est du Mali et à plus de 400 kilomètres de la capitale. Or, Sophie Pétronin a affirmé à des proches de la famille, dont certains confrères de la presse française, ne jamais s’être rendue dans cette zone. Elle se serait contentée de rester à Bamako, où elle aurait retrouvé sa fille adoptive, malienne, venue la rejoindre depuis Gao. Les deux femmes, qui ne s’étaient pas revues depuis quatre ans, auraient ainsi rattrapé le temps perdu.

Mais alors pourquoi cet avis de recherche ? Pourquoi maintenant, alors que les tensions entre Paris et Bamako restent fortes. Aucune voix officielle ne s’est exprimée sur le sujet. Seul le ministère de la Sécurité a indiqué que ce document a été publié pour « lever certaines ambiguïtés ». Lesquelles ?Sauf que, sur les réseaux sociaux, les internautes se déchaînent, notamment sur Twitter et surtout du côté français, où la vieille dame est prise pour cible.

Le retour de Sophie Pétronin, un secret de Polichinelle

Sophie Pétronin avait été enlevée le 24 décembre 2016 à Gao (nord du Mali) – par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans –, où elle vivait et dirigeait depuis une quinzaine d’années une organisation d’aide aux enfants malnutris. « Pour le Mali, je vais prier, implorer les bénédictions et la miséricorde d’Allah, parce que je suis musulmane. Vous dites Sophie, mais c’est Mariam que vous avez devant vous », avait-elle déclaré devant la presse à l’aéroport de Villacoublay. Depuis son retour en France, Sophie Pétronin n’avait jamais dissimulé sa volonté de retourner dans ce pays d’adoption. Quelques heures à peine après sa libération, elle se déclarait déjà « en pleine forme » et affirmait vouloir revenir à Gao, dans le nord du Mali.Rappelons que l’ancien otage avait été libéré en même temps qu’un prêtre et un jeune Italien, ainsi que l’homme politique malien Soumaïla Cissé – décédé en décembre 2020 – en échange de près de 200 djihadistes relâchés dans la zone sahélienne. Sur ce point, les autorités maliennes et françaises observent toujours un silence total.Sophie Pétronin était le dernier otage français dans le monde, avant l’enlèvement de notre confrère, basé au Mali, Olivier Dubois, début avril, par le GSIM.

PARTAGER CET ARTICLE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Écrire à Tamtam News
1
Écrire à Tamtam
Salut 👋🏼,
Bienvenue chez Tamtam News. Avez-vous une Opinion à faire publier chez Tamtam? tamtamnewsnet@gmail.com.